Coup d’œil en coulisses sur Canadiens branchés : la conférencière d’honneur Nicole Verkindt aborde la numérisation, l’intelligence artificielle et la cybersécurité au Canada.

Elle œuvre dans le domaine de la technologie, elle est dragonne à l’émission Next Gen Dragon’s Den et a gagné le prix d’entrepreneure de l’année de Startup Canada. Elle sera aussi la conférencière d’honneur de notre événement Canadiens branchés qui se tiendra bientôt à Ottawa. Nous avons posé à Nicole Verkindt quelques questions pour obtenir un aperçu du discours qu’elle prononcera plus tard au cours du mois.

Elle œuvre dans le domaine de la technologie, elle est dragonne à l’émission Next Gen Dragon’s Den et a gagné le prix d’entrepreneure de l’année de Startup Canada, en plus d’être la fondatrice et présidente-directrice générale d’OMX (Offset Market Exchange), une plateforme d’approvisionnement. Nicole Verkindt se décrit comme une personne passionnée par le Canada et l’innovation. 

Le 27 septembre, lors de l’événement Canadiens branchés, elle prononcera un discours sur la cybersécurité, sur la façon de protéger votre petite entreprise et sur l’acceptation de la numérisation.

Quel sujet vous emballe le plus en vue de l’événement Canadiens branchés?

L’entrepreneuriat a marqué ma vie et j’ai connu les hauts et les bas de la réalité de ce travail exigeant. J’adore côtoyer d’autres propriétaires de petites entreprises et entrepreneurs – nous parlons tous le même langage et peu importe le secteur dont nous provenons, nous connaissons les mêmes défis et les mêmes possibilités. J’ai très hâte d’aborder les tendances de numérisation qui auront une incidence sur nous tous. Je parlerai de la façon dont nous pouvons tirer parti de ces tendances et dont les entreprises canadiennes peuvent les utiliser à leur avantage, et comment nous pouvons faire croître la présence du domaine .CA partout dans le monde. 

Quel conseil pouvez-vous donner aux propriétaires d’entreprises qui veulent s’informer sur la cybersécurité?

J’ai appris beaucoup en parlant avec les techniciens (mes DTI) et en écoutant des baladodiffusions. C’est un monde en constante évolution, mais cela ne devrait pas empêcher une entreprise de tirer profit de la numérisation. 

Selon votre expérience de travail au Canada et ailleurs dans le monde, comment l’industrie canadienne des technologies se démarque-t-elle?

L’aversion au risque est trop élevée au Canada. Nous devons accepter que l’échec représente une part importante de l’innovation et du changement. Si tous les secteurs de notre économie ne tentent pas de profiter de la vague de changement mondiale et de l’anticiper, notre économie et notre société en souffriront. Cela peut sembler dramatique, mais c’est ce que je crois. Le problème est que nous préférons le statu quo (surtout dans les grandes entreprises) même si nous savons qu’à long terme cette façon de faire peut nous nuire. J’aime le Canada. C’est un endroit où il fait bon vivre, mais je crois que cela nous rend parfois un peu trop casaniers. 

Selon vous, quelles sont les prochaines tendances technologiques canadiennes à surveiller et que peuvent faire les entreprises pour se préparer?

La principale tendance est l’intelligence artificielle, mais des données considérables et structurées provenant de la numérisation sont nécessaires avant de pouvoir vraiment pouvoir tirer profit de l’IA. Si vous n’avez pas adopté le numérique, vous ne pourrez pas en profiter. 


Apprenez-en plus sur la cybersécurité et la protection des renseignements personnels avec Nicole et d’autres experts, en participant à Canadiens branchés le 27 septembre à Ottawa ou par diffusion Web.Inscrivez-vous maintenant!

Blog navigation