L’Internet Society du Canada sur la fracture numérique

La directrice générale de la section canadienne de l’Internet Society partage des informations sur le programme d’investissement communautaire en tant que chef de file des enjeux d’Internet canadiens.

Alors que les organisations se préparent à présenter une demande pour le programme d’investissement communautaire, nous avons fait appel à quelques personnes qui peuvent partager leurs conseils et leur point de vue sur les types de projets capables de répondre aux priorités qu’elles croient nécessaires afin de bâtir un meilleur Canada en ligne.

L’ACEI s’emploie à créer des liens, et nous travaillons en étroite collaboration avec d’autres leaders canadiens de l’Internet, comme la section canadienne de l’Internet Society (ISCC).

L’Internet Society est une organisation mondiale dont la vision est celle d’un Internet pour tous. La section canadienne vise à rassembler des leaders éclairés dans le but d’élaborer des positions sur des projets de loi canadiens qui touchent l’abordabilité, l’accessibilité, l’équité et la sécurité d’Internet.

L’année dernière, Libertel de la Capitale nationale, CompuCorps et l’ISOC Canada ont collaboré à un projet financé par le Programme d’investissement communautaire visant à organiser le tout premier Jour de l’accès numérique à Ottawa.

Cet événement a rassemblé différents ordres de gouvernement, des universitaires et le secteur des technologies afin d’amplifier le débat national sur la fracture numérique au Canada. Les sujets abordés comprenaient la connectivité des peuples autochtones, l’accès numérique, la protection de la vie privée, la surveillance et la littéracie numérique.

J’ai parlé à Franca Palazzo, directrice générale de l’ISOC Canada, à propos du Jour de l’accès numérique et de son point de vue sur les enjeux d’Internet touchant les Canadiens.

Quels ont été les résultats du Jour de l’accès numérique?

L’événement a permis aux participants d’apprendre, d’établir des liens, d’ouvrir de nouvelles perspectives et de discuter avec d’autres personnes qu’ils n’auraient pas autrement rencontrées dans l’espace Internet. Des représentants du gouvernement, du secteur privé et des organisations à but non lucratif de partout au Canada et même de l’étranger étaient présents. Nous nous sommes félicités de la forte participation, de la diversité des participants et du message fort adressé au gouvernement selon lequel l’accessibilité et l’abordabilité de l’Internet sont des questions importantes que le Canada doit aborder.

L’événement de l’année dernière a été un tel succès que nous en sommes au stade de la planification d’un deuxième Jour de l’accès numérique pour lequel nous souhaitons étendre le rayonnement en enregistrant l’événement et en produisant un rapport sur ses discussions. Nous sommes enthousiastes à propos de cet événement, car il cadre si bien avec la mission de l’ISCC qui est de militer au nom de tous les Canadiens et de toutes les Canadiennes pour un Internet abordable et accessible.

Quelles autres questions l’Internet Society considère-t-elle comme des priorités pour réduire la fracture numérique au Canada?

La connectivité, l’égalité des sexes et la diversité et la cybersécurité sont trois domaines que l’ISCC juge prioritaires en ce moment.

La cybersécurité est au cœur des préoccupations de l’ISCC cette année et est liée à l’accès numérique et à la littéracie. Comment pouvons-nous nous assurer de bâtir un Canada en ligne meilleur et plus sécuritaire? L’Internet Society mondiale participe activement à la sensibilisation des consommateurs canadiens aux dispositifs de l’Internet des objets (IoT) et aux enjeux de sécurité qui en découlent.

Nous examinons également la fracture numérique liée aux sexes : comment faire en sorte que davantage de filles et de femmes s’intéressent à la technologie et soient présentent à la table de discussion sur Internet?

L’accès et l’infrastructure numériques sont deux autres questions importantes, particulièrement pour les communautés autochtones éloignées. La section nord-américaine de l’Internet Society collabore avec le point d’échange Internet (IXP) d’Iqaluit afin d’améliorer les coûts et l’efficacité au Nunavut, qui se fiait jusqu’ici à l’Internet par satellite.

La perspective nationale de l’ISCC nous rappelle qu’il est important de reconnaître les enjeux très différents d’Internet auxquels sont confrontés les Canadiens d’un bout à l’autre du pays et de souligner la diversité des projets pouvant contribuer à combler ce fossé.


Si votre organisme à but non lucratif a un projet Internet novateur qui contribuerait à bâtir un meilleur Canada en ligne, faites une demande de subvention au Programme d’investissement communautaire à l’adresse acei.ca/bâtir-un-meilleur-internet/le-programme-d’investissement-communautaire. La période de demande se termine le 28 février 2019 à 14 h.

 

Blog navigation