Cybersécurité + technologie Internet

Les cyberattaques majeures qui ont fait en sorte que le sujet a fait la une des actualités internationales n’ont pas manqué.

Akamai, une entreprise surveillant l’incidence des attaques par DDoS trimestriellement, a fait état d’une augmentation de 71 pour cent de ces dernières par rapport à l’année précédente et d’une hausse de 138 pour cent des attaques de plus de 100 G/bps.

L’ACEI plaide depuis longtemps en faveur de protections robustes et progressives en matière de cybersécurité. Au Canada, elle compte parmi les apôtres les plus fervents de la sécurité du DNS et de normes nouvelles à l’appui du transfert sécurisé de données en ligne (DNSSEC). À cette fin, une recherche de suivi réalisée par l’ACEI a porté sur les perceptions qu’ont les Canadiennes et les Canadiens à l’égard de plusieurs questions de sécurité numérique ainsi que de celle des données.


Notoriété des cyberattaques contre les organisations ou les entreprises

Au Canada, la notoriété des cyberattaques est partagée, alors que seulement 42 pour cent des internautes disent en avoir entendu parler. Pour les personnes au courant d’une attaque, Target, Sony et Home Depot se sont classées en tête du palmarès. Les organismes gouvernementaux (ou la référence plus vague au « gouvernement ») ont aussi été évoqués.

Diagramme présentant des données de l’ACEI indiquant que 42 pour cent de la population canadienne est au courant des cyberattaques perpétrées contre les organisations et les entreprises.

Base : Internautes canadiens
Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016


Notoriété des cyberattaques dirigées contre les entreprises

Diagramme présentant dans l’ordre les entreprises victimes de cyberattaques les plus connues par les répondantes et les répondants à la recherche de suivi de l’ACEI. Target, Sony et Home Depot sont au sommet.

Base : Canadiennes et Canadiens au courant des cyberattaques
Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016

Les cyberattaques comportent d’importants risques pour la réputation des organisations, et 67 pour cent des répondantes et des répondants affirment se soucier de la protection de leurs renseignements personnels en raison de ces méfaits. Il convient de souligner que cette source de préoccupation comporte de véritables risques pour les entreprises et leur réputation. Quarante-sept des répondantes et des répondants ont indiqué qu’ils étaient peu susceptibles de faire un achat en ligne chez un détaillant après qu’il ait été victime d’une cyberattaque. Les organismes sans but lucratif courent aussi des risques, alors que 48 pour cent des répondantes et des répondants ont affirmé qu’ils seraient peu enclins à faire un don en ligne après la survenue d’une atteinte à la sécurité.


Mesure de l’inquiétude à l’égard des cyberattaques contre des organisations qui pourraient accéder à des renseignements personnels

Diagramme présentant des données de l’ACEI indiquant que 67 pour cent des personnes au courant des cyberattaques sont soucieuses par rapport à leurs renseignements personnels.

Base : Canadiennes et Canadiens au courant des cyberattaques
Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016


Probabilités que l’on continue à faire des achats en ligne chez un détaillant ou une autre entreprise après une cyberattaque

Diagramme présentant des données de l’ACEI indiquant que 47 pour cent des répondantes et des répondants sont peu enclins à faire des achats auprès d’entreprises victimes d’une cyberattaque.

Base : Canadiennes et Canadiens au courant des cyberattaques
Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016


Probabilités que l’on fasse des dons à des organisations sans but lucratif ou à des organismes de bienfaisance après une cyberattaque

Diagramme présentant des données de l’ACEI indiquant que 48 pour cent des répondantes et des répondants sont peu enclins à faire des dons à des organismes sans but lucratif ou à des organismes de bienfaisance victimes d’une cyberattaque.

Base : Canadiennes et Canadiens au courant des cyberattaques
Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016


Soutien à la communauté Internet

Au Canada, vu la dominance traditionnelle du marché américain sur le plan des services d’infonuagique et des technologies Internet, les gens se sentent peu concernés par la souveraineté de leurs données. Cette inquiétude a probablement augmenté après l’affaire Snowden, mais nombre de Canadiennes et de Canadiens ignorent ce qu’il advient de leurs renseignements personnels et de la protection de leur vie privée, ou ils ne s’en soucient guère. Seul un tiers de la population canadienne sait que l’infrastructure canadienne passe par les É.-U. et que plusieurs prestataires de services d’infonuagique entreposent leurs données aux É.-U. Cela s’explique vraisemblablement par la naïveté relative dont font preuve la plupart des internautes à l’égard de l’architecture et des opérations réelles d’Internet. Parmi le groupe au courant de ces questions, 64 pour cent se disent inquiets pour leurs données.

Maple leaf icon
Of those Canadians who are aware of these issues 64 per cent are concerned about their data.


Connaissance du fait que certaines infrastructures canadiennes passent par les É.-U.

Diagramme présentant des données de l’ACEI indiquant que 59 pour cent des internautes ne sont pas au courant du fait que l’infrastructure Internet passe par les É.-U.

Base : Internautes canadiens
Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016

Connaissance du fait que plusieurs prestataires canadiens de services d’infonuagique entreposent leurs données aux É.-U.

Diagramme présentant des données de l’ACEI indiquant que 56 pour cent des internautes ne sont pas au courant du fait que plusieurs prestataires de services d’infonuagique entreposent les données aux É.-U.

Base : Internautes canadiens
Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016


Degré d’inquiétude relative à la protection de la confidentialité/des renseignements acheminés par les É.-U.

Diagramme présentant des données de l’ACEI indiquant que 64 pour cent des personnes au courant des de la question sont soucieuses par rapport à l’acheminement de leurs données par les É.-U.

Base : Internautes canadiens au courant du fait que l’infrastructure passe par les É.-U.
Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016


La sécurité d’Internet des objets

Internet des objets constitue une nouvelle source de préoccupation pour les experts de la sécurité. La récente cyberattaque contre Dyn, le fournisseur de DNS, a été imputée à des dispositifs connectés à Internet.

Parmi les Canadiennes et les Canadiens qui connaissent la technologie d’Internet des objets (seulement 31 pour cent), les deux tiers se disent préoccupés par les risques à la sécurité que comportent ces appareils. Ce degré de préoccupation se trouve en corrélation positive avec l’âge, puisque les personnes de 55 ans et plus sont beaucoup plus susceptibles de s’inquiéter à ce sujet que les jeunes adultes de 18 à 34 ans.

Diagramme présentant des données de l’ACEI indiquant que 66 pour cent des personnes connaissant Internet des objets sont soucieuses par rapport à ses effets en matière de sécurité.

Base : Internautes canadiens connaissant Internet des objets
Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016

La sécurité d’Internet des objets
    Âge
Tous les répondants 18-34 35-54 55+
Total des gens préoccupés 66 % 51 % 64 % 79 %
Très préoccupés 25 % 16 % 22 % 36 %
Préoccupés dans une certaine mesure 40 % 36 % 42 % 43 %
Neutres 20 % 30 % 19 % 13 %
Peu préoccupés 6 % 9 % 7 % 3 %
Aucunement préoccupés 1 % 2 % 1 % 1 %
Total des gens non préoccupés 8 % 11 % 9 % 5 %
Ne sait pas 6 % 8 % 8 % 3 %