Utilisation d'Internet au Canada

Présence et activités en ligne à l’échelle mondiale

Les Canadiennes et les Canadiens comptent parmi les internautes les plus actifs dans le monde. Selon comScore, un analyste de premier plan du marché des médias numériques, ils passent plus d’heures en ligne (36,7 par mois) que quiconque ailleurs dans le monde. La cohorte canadienne des utilisatrices et des utilisateurs d’ordinateurs de bureau est aussi parmi les plus diversifiées, alors qu’elle consulte en moyenne 3 238 pages Web uniques chaque mois.


Appareil le plus souvent utilisé pour accéder à Internet

Au pays, la majorité des gens utilisent toujours un ordinateur de bureau ou un portable pour accéder à Internet (67 %), mais les 18 à 34 ans sont moins susceptibles d’utiliser ces appareils (54 %). Chez les internautes de ce groupe d’âge, 41 pour cent utilisent le plus souvent un cellulaire pour à accéder à Internet.

Diagramme circulaire présentant des données de l’ACEI indiquant que les 2/3 de la population canadienne accèdent plus souvent à Internet au moyen de leur ordinateur de bureau ou de leur portable.

Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016

 
    Âge
Tous les répondants 18-34 35-54 55+
Ordinateur de bureau/portable 67 % 54 % 67 % 76 %
Téléphone intelligent/mobile 21 % 41 % 21 % 6 %
Tablette (iPad, etc.) 12 % 5 % 11 % 17 %
Téléviseur 1 % 1 % 1 % -

L’usage que fait la population canadienne d’Internet - vidéo, audio et activités courantes

L’utilisation de la messagerie électronique reste l’activité en ligne la plus pratiquée par les Canadiennes et les Canadiens, alors que la grande majorité (92 %) indique qu’il s’agit souvent de la raison pour laquelle ils accèdent à Internet. Les transactions bancaires (68 %), les médias sociaux (59 %) et la lecture des actualités (55 %) constituent d’autres activités parmi les plus populaires. Près de la moitié de la population canadienne navigue désormais pour trouver des articles (49 %) et faire ses achats en ligne (49 %). Parmi les internautes de 18 à 34 ans, la plupart vont en ligne pour y visionner des films, des émissions de télé et des vidéos (59 %).

L’utilisation de la messagerie électronique reste l’activité en ligne la plus pratiquée par les Canadiennes et les Canadiens

Pourcentage de la population canadienne pratiquant des activités en ligne courantes

Diagramme présentant des données de l’ACEI indiquant que la messagerie électronique est l’activité en ligne la plus pratiquée. Quatre-vingt-douze pour cent des internautes canadiens utilisent la messagerie électronique.

Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016


Activités mobiles c. à l’ordinateur

ComScore confirme que l’utilisation du téléphone intelligent poursuit sa progression au Canada, comme en témoigne une pénétration atteignant à présent 81 pour cent, ce qui représente une augmentation de 6 points par rapport à l’année précédente.

Diagramme présentant des données provenant de comScore comparant les utilisations habituelles d’un appareil mobile par rapport à celles d’un ordinateur personnel.

Source : Digital Future in Focus, comScore 2015

ComScore souligne aussi que les Canadiennes et les Canadiens n’utilisent pas leur téléphone intelligent de la même façon que leur ordinateur. Le téléphone intelligent est l’outil de choix pour la messagerie instantanée (86 %), les jeux (80 %) et les médias sociaux (69 %). Les ordinateurs de bureau sont toujours utilisés plus fréquemment pour les divertissements (57 %), la visite des établissements de détail en ligne (60 %) et la recherche de répertoires ou d’autres ressources (58 %).

Selon comScore, au Canada, quatre personnes sur cinq utilisant un cellulaire se sont maintenant procuré un téléphone intelligent.


Nombre d’appareils connectés à Internet dans les foyers canadiens

Diagramme présentant des données de l’ACEI indiquant le nombre d’appareils connectés dans les foyers canadiens. Neuf pour cent des ménages disposaient de 10 appareils ou davantage.

Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016

Les téléphones intelligents ne sont pas les seuls appareils à envahir les foyers canadiens. Neuf pour cent des Canadiennes et des Canadiens affirment disposer à la maison de 10 appareils connectés à Internet ou davantage. Et, vraisemblablement, ce nombre ne cessera pas d’augmenter vu la prolifération des technologies et des applications relatives aux maisons intelligentes.


Heures consacrées à l’écoute de la radio ou de musique en ligne

Diagramme présentant des données de l’ACEI indiquant le nombre d’heures que la population canadienne consacre à l’écoute de la radio ou de musique en ligne.

Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016

La population canadienne a adopté les produits audio en ligne. En effet, 68 % disent en écouter d’un type ou d’un autre chaque jour.


Pourcentage de la population visionnant des vidéos en ligne

Diagramme présentant des données de l’ACEI indiquant le nombre d’heures consacrées par la population canadienne au visionnement de vidéos en ligne.

Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016

The majority of Canadians still use a desktop or laptop computer to access the Internet (67%)
Heures par jour   Âge
Tous les répondants 18-34 35-54 55+

Source : Recherche de suivi réalisée par l’ACEI
Les ventilations par âge auront une base plus faible.
n=1 180

Aucune 21 % 7 % 20 % 33 %
Moins d’une heure 22 % 18 % 24 % 24 %
1-2 25 % 32 % 26 % 19 %
3-4 17 % 21 % 17 % 13 %
5-6 8 % 12 % 6 % 7 %
7-8 3 % 5 % 4 % 2 %
9-10 1 % 2 % 1 % 1 %
11-12 1 % 1 % 1 % 0 %
Plus de 12 heures 1 % 2 % 1 % 1 %
Ne savent pas 1 % 1 % 1 % 0 %

Au Canada, les internautes visionnent beaucoup de vidéos en ligne, tandis qu’un quart d’entre eux s’adonne à cette activité d’une à deux heures par jour. Mais l’âge y est pour quelque chose. Chez la population canadienne âgée de 18 à 34 ans, 92 pour cent visionnent des vidéos en ligne chaque jour, alors que seulement deux tiers (67 %) des personnes âgées de plus de 55 ans utilisent Internet pour accéder à du contenu vidéo. Au Canada, un cinquième de la population ne visionne pas de vidéos en ligne.

Parmi les adultes plus jeunes, les heures consacrées au visionnement de vidéos en ligne s’allongent. Tout juste moins d’un tiers (32 %) des jeunes adultes et près d’un cinquième (19 %) des gens âgés de plus de 55 ans visionnent des vidéos d’une à deux heures par jour. Vingt et un pour cent des jeunes adultes visionnent jusqu’à 4 heures de vidéos par jour, tandis que tout juste 13 pour cent des personnes les plus âgées visionnent une telle quantité de contenu.


Temps consacré par la population canadienne au visionnement de vidéos par rapport à celui observé aux É.-U.

Habitudes observées au Canada par rapport à celles aux É.-U. en matière de vidéo en ligne

Par rapport aux internautes américains, les Canadiennes et les Canadiens sont plus susceptibles de visionner des vidéos en ligne. Les internautes canadiens moyens consacrent 1 476 minutes par an au visionnement de vidéos en ligne. Selon la recherche menée par comScore, ils passent en moyenne 5,1 heures de plus par mois à visionner des vidéos que leurs voisins du Sud.
Canada versus American online video habits
  Canada É.-U.
Minutes par personne 1 476 1 170
% de la population totale 73 % 64 %

Les internautes canadiens moyens consacrent 1 476 minutes par an au visionnement de vidéos en ligne.


Au Canada, on coupe le cordon

Alors que le contenu en ligne devient accessible en un clin d’œil, une part de la population canadienne coupe le cordon et abandonne le câble. Soixante-seize pour cent des internautes maintiennent leur abonnement au câble ou à la télévision par satellite. Cependant, les personnes âgées de 55 ans et plus sont de loin plus susceptibles que les personnes de 18 à 34 ans de s’abonner au câble (89 % par rapport à 58 %). Par rapport à une moyenne de 24 pour cent de personnes qui songent à abandonner le câble, ces jeunes adultes sont aussi plus enclins à envisager cette possibilité, alors que 37 pour cent y pensent. Parmi les gens abonnés au câble, 30 pour cent disent qu’ils annuleront probablement leur forfait au cours des 3 mois à venir.

Chez les personnes qui n’y sont pas abonnées, plus de la moitié (55 %) ont déclaré que l’offre de matériel en ligne a joué un rôle dans leur décision de s’en abstenir.


Annulation de l’abonnement au câble au cours des 12 derniers mois  

Diagramme présentant des données de l’ACEI indiquant que 19 pour cent des personnes qui ne disposent pas du câble ont annulé le service au cours des 12 derniers mois.

Base : Internautes canadiens non abonnés au câble
Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016

Personnes actuellement abonnées au câble

Diagramme présentant des données de l’ACEI indiquant que 23 pour cent des internautes ne sont pas abonnés au câble.

Base : Internautes canadiens
Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016


Personnes ayant envisagé l’annulation de leur abonnement au câble à cause de l’offre en ligne d’émissions de télé, de films et de vidéos

Diagramme présentant des données de l’ACEI indiquant que 70 pour cent de la population canadienne n’envisage pas l’adoption d’une solution de rechange en ligne au câble.

Base : Population canadienne abonnée au câble
Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016

Internautes du Canada abonnés à Netflix

Diagramme présentant des données de l’ACEI indiquant que 38 pour cent des internautes canadiens sont abonnés à Netflix.

Base : Internautes canadiens
Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016


Songent à annuler l’abonnement au câble au cours des 3 prochains mois

 
    Âge
Tous les répondants 18-34 35-54 55+
Probables au total 30 % 25 % 32 % 30 %
Très probable 23 % 19 % 25 % 24 %
Probable dans une certaine mesure 7 % 19 % 25 % 24 %
Ni probable ni improbable 25 % 29 % 27 % 17 %
Peu probable 24 % 28 % 20 % 25 %
Aucunement probable 17 % 14 % 18 % 19 %
Improbables au total 41 % 42 % 38 % 44 %
Ne savent pas 5 % 4 % 3 % 8 %

Utilisation d’un RPV chez les personnes abonnées à Netflix au Canada

 
    Âge
Tous les répondants 18-34 35-54 55+

Source : comScore
Les ventilations par âge auront une base plus faible.
n=453

Oui 16 % 21 % 17 % 7 %
Non 71 % 68 % 70 % 77 %
Ne sait pas 13 % 10 % 13 % 16 %

Au Canada, les gens sont prêts à s’engager dans des zones grises pour accéder au contenu en ligne qu’ils convoitent. Près de 4 internautes sur 10 (38 %) disent être abonnés à Netflix. Parmi ces personnes, 16 pour cent admettent qu’elles utilisent la redirection du DNS ou un RPV afin d’accéder à Netflix ou à d’autre contenu en ligne exclusivement proposé à l’extérieur du pays. La redirection du DNS atteint un summum de popularité chez les gens de 18 à 34 ans (21 %), ceux qui vivent avec des enfants âgés de moins de 18 ans (24 %) et les hommes (23 %).

Au Canada, les gens sont prêts à s’engager dans des zones grises pour accéder au contenu en ligne qu’ils convoitent.


La population canadienne craque-t-elle pour le contenu canadien? Mesure dans laquelle les Canadiennes et les Canadiens recherchent le contenu canadien en ligne

Au Canada, les gens se soucient modérément d’où provient le contenu qu’ils consomment. Peu d’entre eux (14 %) se mettent fréquemment à la recherche de contenu canadien en ligne, mais 60 pour cent des internautes qui visionnent des films, des vidéos et des émissions de télé en ligne recherchent, à tout le moins occasionnellement, du contenu canadien.

 
    Âge
Tous les répondants 18-34 35-54 55+

Source : comScore
Les ventilations par âge auront une base plus faible.
n=949

Toujours/fréquemment au total 14 % 14 % 18 % 10 %
Toujours/chaque fois 3 % 3 % 3 % 2 %
Souvent/presque à chaque fois 12 % 11 % 15 % 8 %
Occasionnellement/parfois 46 % 46 % 46 % 48 %
Presque jamais 21 % 23 % 20 % 20 %
Jamais 11 % 7 % 10 % 16 %
Presque jamais/jamais au total 32 % 30 % 30 % 36 %
Ne sait pas 7 % 11 % 7 % 5 %

60 % des internautes qui visionnent des émissions de télé, des films et des vidéos en ligne recherchent, à tout le moins occasionnellement, du contenu canadien.


La population canadienne et le .CA

L’enregistrement de noms de domaine .CA est réservé à celles et à ceux qui entretiennent un lien avec le Canada – que ce soit sur le plan de la citoyenneté, de la constitution en société ou de la résidence permanente. Par conséquent, l’ACEI assure un suivi étroit de la façon dont la communauté canadienne d’Internet perçoit le domaine .CA.

Importance du .CA comme ressource au service de la population canadienne

Base : Titulaires .CA
Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016

Dans une immense majorité, la clientèle .CA de l’ACEI perçoit le .CA comme une ressource cruciale pour la population canadienne. L’ACEI continue à honorer le mandat public de veiller à ce que le .CA reste une demeure en ligne adéquate pour les entreprises, les idées et les initiatives en ligne au Canada, tout en contribuant au projet plus vaste qui consiste à bâtir un meilleur Canada en ligne.


Satisfaction du client titulaire .CA

CIRA registrants
Année % Excellent/bien (8-10)
2016 63 %
2015 69 %
2014 66 %
2013 69 %
2012 62 %
2011 66 %
Par rapport aux autres ccTLD, le .CA occupe une place plutôt unique. En Amérique du Nord, le marché des domaines est davantage dominé par le .com que les autres marchés (compte tenu de la prolifération des .com aux États-Unis). Cependant, au cours de la dernière décennie ou environ, le .CA a dérobé des parts de marché du .com. Il compte aujourd’hui pour 31 % de tous les domaines enregistrés au Canada. L’ACEI surveille toujours cet aspect étroitement, puisqu’au fil des derniers trimestres, un revirement de cette tendance semble se dessiner.

Diagramme indiquant la part de marché des principaux domaines au Canada et un rétrécissement de l’écart entre le .com et le .CA.

Source: Données provenant de Zook


Croissance du .CA

Diagramme indiquant que le taux de croissance du .CA a devancé celui de l’industrie des ccTLD dans son ensemble au cours des six derniers trimestres.

Source : Données provenant de Zook

Comme indiqué précédemment, le lancement de plus de 1 000 nouveaux gTLD dans un marché déjà parvenu à maturité a entraîné le déclin de la croissance à l’échelle de l’industrie des domaines. Cependant, l’ACEI continue à distancer les taux de croissance mondiaux des ccTLD depuis six trimestres.


Façon dont la population canadienne utilise le .CA

L’équipe du .CA a travaillé dur pour faire connaître le domaine .CA à titre de solution de rechange sûre, sécurisée, stable et incontestablement canadienne aux domaines génériques.

Quand on demande aux gens pourquoi ils choisissent le .CA, les réponses vont dans tous les sens, de « Je suis Canadienne/Canadien/Je vis au Canada » (24 %) à « le .com était déjà pris » (8 %).

Pourquoi avoir choisi le .CA? (principales réponses)

Diagramme indiquant les principaux motifs pour lesquels la population canadienne choisit le .CA. « Je suis Canadienne/Canadien », « Une entreprise canadienne au service des Canadiennes et des Canadiens » et « La présence/l’identité canadiennes » arrivent bons premiers. Huit pour cent des personnes interrogées ont indiqué que le .com était déjà pris.

Base : Titulaires .CA
Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016


Utilisation personnelle/d’affaires du .CA par rapport au .com

Diagramme indiquant que les personnes interrogées préfèrent utiliser le .CA pour leurs activités personnelles et le .com pour leurs activités commerciales.

Base : Internautes, PME membres et titulaires de l’ACEI
Source : Recherche de suivi de l’ACEI, 2016

Bien que le .com demeure le domaine de choix de plusieurs entreprises, pour celles qui exercent leurs activités au Canada, le .CA est incontestablement le domaine de choix.

Le .CA propose aussi d’intéressantes possibilités aux entreprises canadiennes en ligne. Les Canadiennes et les Canadiens sont unanimes : ils préfèrent soutenir des entreprises canadiennes dans toute la mesure du possible et ils montrent une inclination toute particulière pour les entreprises qui utilisent un .CA, ce qui les identifie sans détour comme organisation canadienne.

Parmi les internautes au Canada :

79 % préfèrent soutenir les entreprises

68 % conviennent que les entreprises canadiennes devraient recourir au .CA.

60 % préfèrent les sites Web .CA parce qu’ils sont canadiens.

Au Canada, le .com reste le choix le plus populaire des personnes qui enregistrent un domaine pour une entreprise, tandis qu’en matière d’utilisation personnelle, le .CA le déclasse.