Le dossier documentaire d’Internet 2018 La source Canadienne
pour les données Internet

La confidentialité des données, les cyberattaques et le piratage de contenu sont des sujets qui font la manchette au Canada. Comme la plupart des Canadiens passent de trois à quatre heures en ligne pour travailler, apprendre, socialiser et magasiner, ces préoccupations sont légitimes pour la population partout au pays. Chaque année, l’ACEI effectue des recherches pour en apprendre plus sur l’Internet au Canada, comme première étape pour aborder ces aspects préoccupants et bâtir un meilleur Canada en ligne.

Le dossier documentaire d’Internet du Canada 2018 comporte des données et des tendances sur l’état de l’Internet au Canada et sur la façon dont la population l’utilise et le perçoit.

Obtenez votre copie de Canada’s Internet Factbook: Infographic

Comment les Canadiens vont en ligne

86 % des Canadiens ont une connexion internet à large bande dans leur foyer.

Les appareils que les Canadiens utilisent le plus souvent pour accéder à Internet

2016 2017 2018
Ordinateur de bureau / portable 67 59 55
Téléphone intelligent / appareil mobile 21 27 32
Tablette (iPad, etc.) 12 13 12
Télévision < 1 1 1
Appareil "à domicile connecté" à commande vocale n / a n / a < 1

52 % des Canadiens ont au moins cinq appareils connectés à internet dans leur foyer.

Les appareils mobiles deviennent populaires pour faire des achats en ligne.

Les achats par téléphones cellulaires sont passés de seulement 12 % en 2014 à 40 % en 2018!

Connaissance des dispositifs à commande vocale, connectés à la maison

Les appareils pour maison connectée, comme google home et amazon echo, sont de plus en plus populaires au canada!

Percentage of Canadains with knowledge of connected devices

  • 2017 55 %
  • 2018 77 %

Ce que les Canadiens font en ligne

74 % des Canadiens
passent au moins
3 à 4 heures
en ligne par jour.

Les canadiens sont abonnés à une grande variété de contenu en ligne, avec netflix en première position

Online media serivces Canadians subscribe to
Service Pourcentage de Canadiens inscrits
Netflix 53 %
Spotify 16 %
Apple Music 12 %
Amazon Prime Video 10 %
Crave Télévision 9 %
Journal 8 %
Magazine 4 %

Le piratage

14 % des répondants admettent accéder intentionnellement à des émissions ou des films piratés.

Le pourcentage passe à 27 % chez les gens âgés de 18 à 34 ans.

70 % de ceux qui ont avoué avoir piraté du contenu affirme qu’ils sont prêts à payer un prix raisonnable pour des émissions ou des films en ligne couverts par des droits d’auteurs.

La majorité des parents canadiens surveillent tout ou partie de l'activité en ligne de leurs enfants

Amount of childs internet activity parents monitor

  • 8 % surveillent aucune.
  • 55 % surveillent une partie.
  • 37 % surveillent tous.

Achats

65 % des Canadiens préfèrent effectuer des achats en ligne d’entreprises canadiennes

Choisissez le domaine .ca et montrez aux visiteurs de votre site web que vous êtes Canadien!

Ce que les Canadiens craignent en ligne

77 %
des répondants sont préoccupés par des cyberattaques contre des organisations qui pourraient avoir accès à leurs renseignements personnels.

81 % of des canadiens sont préoccupés par la sûreté de leurs renseignements personnels détenus par un ministère en cas de cyberattaque.

Cyberintimidation

33 %
des Canadiens ont été victimes ou témoins ou témoins de cyberintimidation lorsqu'ils utilisent l'Internet.

Hommes contre femmes qui ont été témoins ou témoins de cyberintimidation

  • 24 % des hommes ont dit oui
  • 34 % des femmes ont dit oui

58 %
des personnes âgées de 18-34 ans ont été victimes de cyberintimidation ou en ont été témoins

25 % des utilisateurs canadiens indiquent qu'ils ne se sentent pas à l'abri de la cyberintimidation sur Facebook et Twitter.

90 %
des parents canadiens sont préoccupés par la cyberintimidation.

74 %
des Canadiens sont préoccupés par la prolifération des « fausses nouvelles » en ligne.

20 % des répondants indiquent qu’ils sont très confiants en leur capacité de reconnaître les « fausses nouvelles » en ligne

Section 2: L’état de l’Internet au Canada

Le Canada dans le monde

Le rang du Canada dans le monde, en lien avec la technologie de l’information et des communications, est en baisse. En 2016, nous sommes descendus de deux échelons. En 2017, nous avons subi une chute de trois autres places. L’indice de développement des TIC (classement selon l’IDT 2017) de l’Union internationale des télécommunications (UIT) repose sur des indicateurs de technologies de l’information et de la communication reconnus internationalement visant notamment l’accès, l’utilisation et les aptitudes. Le Canada se trouve derrière tous ses homologues du G7, sauf un.

Classement selon l’IDT des nations du G7

Rang IDI Pays du G7
05 Royaume-Uni
10 Japon
12 Allemagne
15 France
16 États-Unis
29 Canada
47 Italie

Source: Indice de développement des TIC selon l’Union internationale des télécommunications (classement selon l’IDT 2017)

Internet dans les foyers canadiens

Parmi les Canadiens avec une connexion à Internet dans leur foyer, 93 % indiquent qu’ils trouvent important d’avoir Internet haute vitesse à la maison. Qui plus est, 96 % des répondants ont indiqué qu’un accès Internet d’excellente qualité est important, tandis que 59 % que cette caractéristique est très importante.

Trois quarts des Canadiens qui ont actuellement une connexion à Internet dans leur foyer n’achèteraient probablement pas une maison dans une région où un accès à Internet haute vitesse n’était pas offert.

  • Près de 90 % des Canadiens utilisent l’Internet. source: UIT 2016

  • 86 % des Canadiens ont une connexion à Internet à large bande dans leur domicile.

Canadiens avec un accès Internet à domicile

Alors que près de 40 % des Canadiens indiquent que leur forfait à domicile comprend des données illimitées, un quart des Canadiens ne connaissent pas la quantité de données de leur forfait.

  • 85 % sont satisfaits de la vitesse de leur Internet à domicile.

  • 81 % sont satisfaits de la quantité de données comprises dans leur forfait Internet à domicile.

Données comprises dans le forfait Internet à domicile
38 % Illimitées
27 % Ne savent pas
10 % 200 Go ou plus
5 % 150-199 Go
5 % 100-149 Go
6 % 50-99 Go
5 % 20-49 Go
3 % Moins de 20 Go

Une connexion à Internet d’excellente qualité permet à certains Canadiens de travailler à domicile.

  • 54 % des Canadiens qui ont Internet à domicile travaillent au moins occasionnellement de la maison, et 20 % d’entre eux travaillent à domicile très souvent.

  • 84 % des travailleurs à domicile indiquent qu’un accès à Internet d’excellente qualité est important, et 55 %% indiquent qu’un tel accès est très important

Source: Recherche de l’ACEI, mars 2018

Internet : vitesse et qualité

Le rendement d’Internet présente des variations importantes à travers le pays. Cette situation n’est pas surprenante, puisque notre population est composée de personnes qui habitent dans des villes à forte densité et des régions rurales et éloignées. C’est dans ce contexte que le CRTC a établi un objectif voulant que tous les Canadiens aient accès à des vitesses de bande passante d’au moins 50 Mo/s pour les téléchargements et de 10 Mo/s pour les téléversements d’ici à 2021.

L’expérience Internet n’est pas mesurée seulement par la vitesse. Afin que l’Internet puisse exceller, les particuliers et les entreprises ont besoin de vitesse et d’une qualité exceptionnelle. Cet état de choses est particulièrement vrai, car la limite entre les applications en ligne et hors ligne est devenue floue dans le monde infonuagique. Il est important de noter que la qualité n’est pas élément mis en valeur seulement par l’ACEI, puisque le CRTC a mis sur pied un groupe de travail pour définir la qualité et la mesurer, ce qui représente une excellente nouvelle pour les Canadiens.

Vitesses moyennes de téléchargement au Canada

Même si la cible de 50 Mo/s concerne la vitesse disponible pour tous les Canadiens et ne tient pas compte du prix payé, elle représente un bon point de comparaison et un critère plus élevé pour savoir ce que les Canadiens obtiennent vraiment, comparativement à ce qu’ils peuvent obtenir. Quels sont les résultats du Canada par rapport à l’objectif?

Les données du test de performance Internet de l’ACEI montrent une hausse des vitesses moyennes au Canada depuis deux ans, mais ces vitesses demeurent en deçà de la cible de 50 Mo/s.

Vitesse moyenne

Moyenne de téléchargement Moyenne de téléversement

20,5 Mo/s

11,3 Mo/s

Vitesse moyenne de téléchargement

Année Moyenne de téléchargement

2016

18,6 Mo/s

2017

19,7 Mo/s

2018

20,5 Mo/s

Vitesse moyenne de téléversement

Année Moyenne de téléversement

2016

7,3 Mo/s

2017

10,0 Mo/s

2018

11,3 Mo/s

Au-delà de ces résultats, on trouve une expérience provinciale qui inclut des exemples de régions qui ont déjà des vitesses élevées et qui connaissent tout de même une hausse. Le Nouveau-Brunswick, qui était à la tête des provinces il y a deux ans pour la moyenne des vitesses de téléchargement, continue sur cette lancée. D’autres provinces, dont le Québec, ont aussi fait des progrès considérables.

Notamment, nos résultats de tests proviennent de personnes de partout au pays qui ont trouvé et passé de façon volontaire un test de la plateforme de l’ACEI, ce qui donne des résultats variables pour les répondants d’une période à l’autre.

Lisez Lisez le rapport de 2016 de l’ACEI – La performance d’Internet du Canada : analyse nationale, provinciale et municipale, pour obtenir tous les renseignements.

Vitesse de téléchargement provinciale, 2016 et 2017

2016 2017

Nouveau-Brunswick

27 Mo/s

39,6 Mo/s

Colombie-Britannique

16,6 Mo/s

34,5 Mo/s

Québec

15,9 Mo/s

33,8 Mo/s

Terre-Neuve-et-Labrador

19,7 Mo/s

30,1 Mo/s

Alberta

13,5 Mo/s

26,2 Mo/s

Île-du-Prince-Édouard

14,6 Mo/s

20 Mo/s

Nouvelle-Écosse

21,7 Mo/s

18,2 Mo/s

Manitoba

12,6 Mo/s

16,8 Mo/s

Ontario

21,8 Mo/s

15,2 Mo/s

Saskatchewan

22,2 Mo/s

15 Mo/s

Remarque: Les territoires canadiens sont exclus en raison d’un manque de données. Les résultats sont influencés par les types d’usagers qui ont effectué les tests pour chaque période (c.-à-d. milieu urbain ou milieu rural).

Au-delà de la vitesse: Mesurer la qualité

Latence
Représente le temps qu’un bit de donnée prend à passer de l’ordinateur de l’utilisateur au serveur de test de l’ACEI, et à revenir à l’ordinateur. La latence peut être mesurée dans une seule direction, mais les tests de l’ACEI utilisent des mesures bidirectionnelles parfois appelées « round trip time ».
Gigue
Donne habituellement la variabilité de la latence et, idéalement, cette mesure est obtenue entre deux paquets de données successifs. Les tests de l’ACEI comprennent une version de la gigue qui évalue la différence entre les valeurs de latence maximum et minimum au cours d’une séance.
Perte de paquets
Représente le nombre de paquets transmis qui ne sont pas parvenus à la destination voulue. L’ACEI présente la perte de paquets comme le pourcentage des paquets totaux envoyés.
Latence
La latence (ou plus précisément le sondeur PING) est souvent utilisée par des utilisateurs intensifs d’Internet, comme des joueurs en ligne, pour établir le serveur à utiliser pour obtenir le meilleur rendement. Cette façon de faire ne mesure que partiellement leur expérience, puisque des études ont démontré que le jeu en ligne est tolérable à une latence de 150 ms (la moyenne canadienne est d’environ 104,72 ms) et que la perte de paquets et la gigue sont des facteurs qui vont avoir une incidence sur l’expérience de jeu si le résultat dépasse 0,25 %. Selon ces données, la moyenne canadienne est beaucoup moins élevée que la norme proposée.

Lorsque nous examinons les mesures de qualité par province, nous constatons que le Québec et la Colombie-Britannique sont probablement les meilleures provinces pour jouer en ligne et faire des appels Skype ou Facetime – tout ce qui demande une communication bidirectionnelle en temps réel.

Mesures de qualité par province

Variabilité (ms)

Latence (ms)

Perte de paquets (perte de pourcentage)

Île-du-Prince-Édouard

380.04

192.56

1.69

Terre-Neuve-et-Labrador

253.59

132.74

0.99

Saskatchewan

315.05

159.34

1.54

Nouveau-Brunswick

368.74

169.25

0.88

Manitoba

244.84

112.86

1.26

Nouvelle-Écosse

480.18

224.66

1.84

Alberta

296.66

124.43

0.9

Colombie-Britannique

267.64

98.33

0.75

Québec

278.62

102.82

0.84

Ontario

308.57

98.92

1

Remarque: Les territoires canadiens sont exclus en raison d’un manque de données.

Régions rurales et régions urbaines

Avec la définition de Statistique Canada de région métropolitaine et région autre qu’une région métropolitaine, le Test de performance Internet de l’ACEI indique que le répondant moyen qui habite dans une région métropolitaine profite d’une vitesse et d’une qualité d’Internet exceptionnelles.

Autre que métropolitaine
  • Téléchargement 11,15 Mo/s

  • Téléversement 5,45 Mo/s

  • Gigue 383,88 ms

  • Latence 166,59 ms

Métropolitaine
  • Téléchargement 22.92 Mo/s

  • Téléversement 12.4 Mo/s

  • Gigue 288.93 ms

  • Latence 95.15 ms

À propos de la méthodologie des tests

Le Test de performance Internet .CA utilise des nœuds d’essai situés dans des centres de données qui abritent des points d’échange Internet (IXP) canadiens. Il s’agit d’un test « hors réseau » neutre et impartial. Les tests sur le réseau mesurent la vitesse et la qualité à partir de votre ordinateur vers un serveur de test situé dans le réseau fédérateur de votre fournisseur de services Internet. Même s’il s’agit d’une mesure importante et légitime du service qui vous est fourni, selon nous, le test « hors réseau » donne un résultat plus proche de votre expérience Internet réelle. Notamment, les moyennes sont faussées selon les types d’utilisateurs qui effectuent les tests lors de la période de mesure et peuvent être influencées par tout événement important (comme un reportage dans les médias) qui peut produire des résultats plus élevés dans une région précise qui présente habituellement un rendement plus ou moins élevé.

Source: Test de performance Internet de l’ACEI, 1er avril 2017 au 31 mars 2018

Les Canadiens veulent plus d’investissements dans l’infrastructure Internet au Canada.

La connaissance et la compréhension des Canadiens par rapport à l’infrastructure Internet et les services infonuagiques augmentent d’une année à l’autre. Environ la moitié des Canadiens savent qu’une partie de l’infrastructure Internet au Canada passe par les États-Unis et que de nombreux services infonuagiques offerts au Canada entreposent des données dans des serveurs situés aux États-Unis. Toutefois, plus de la moitié des Canadiens ne sont pas au courant de cette situation.

Connaissance du fait qu’une partie de l’infrastructure Internet du Canada passe par les États-Unis
2018 : 46 %
2017 : 31 %
2016 : 29 %
Connaissance du fait que de nombreux services infonuagiques Canadiens entreposent des données sur des serveurs situés aux États-Unis
2018 : 47 %
2017 : 36 %
2016 : 33 %

Les données en mouvement

Les utilisateurs continuent d’exprimer leur inquiétude face à la sécurité et la confidentialité de leurs données personnelles lorsqu’elles sont entreposées aux États-Unis ou elles transigent au sud de la frontière. De plus, la grande majorité des répondants veulent que les fournisseurs de services Internet et les entreprises en ligne au Canada investissent pour bâtir une infrastructure Internet au Canada.

Lorsque les données quittent le Canada, elles sont assujetties aux autres lois nationales. Aux États-Unis, par exemple, la population canadienne n'a aucun droit relatif au respect de la vie privée. Nous savons qu'une partie des données canadiennes se dirigent vers le sud en raison de notre infrastructure Internet et de la façon dont nous naviguons sur le Web.

Jacques Latour, Dirigeant principal des technologies, ACIE.
  • 69 % des Canadiens sont inquiets de la sécurité et de la confidentialité de leurs renseignements personnels et de leurs données en ligne s’ils sont entreposés aux États-Unis ou transigent par ce pays.

  • 67 % des Canadiens préfèreraient utiliser des services infonuagiques dont les serveurs sont situés au Canada.

  • 79 % des Canadiens veulent que les fournisseurs de services Internet du Canada investissent dans la construction d’infrastructures Internet au Canada.

Environ la moitié des Canadiens affirment avoir utilisé des services infonuagiques et 7 % d’entre eux sont passés à des fournisseurs dont les serveurs se trouvent au Canada.

  • 52 % des utilisateurs d’Internet Canadiens ont utilisé un service infonuagique.

  • 7 % des Canadiens qui ont utilisé un service infonuagique sont passés à un fournisseur dont les serveurs se trouvent au Canada.

Source: Recherche de l’ACEI, mars 2018

Les points d’échange Internet Canadiens: une solution canadienne à la souveraineté des données

La confidentialité des données est une préoccupation des Canadiens, particulièrement lorsque les données et les renseignements traversent la frontière ou sont entreposés à l’extérieur du Canada. Même si toutes les données n’ont pas à demeurer à l’intérieur des frontières du Canada, dans certaines circonstances, c’est le cas. Un point d’échange Internet (PEI) canadien est une solution pour la souveraineté des données canadiennes.

Le Canada est en train d’établir la souveraineté de ses données, ce qui est positif. Onze PEI sont installés au pays, ce qui permet à ceux qui y sont connectés, y compris les fournisseurs de services Internet, les fournisseurs de contenu et les entreprises, d’échanger des données directement, les conservant ainsi au Canada. Plus la souveraineté des données est grande au Canada, mieux les Canadiens sont protégés par les lois canadiennes sur la protection de la vie privée et moins ils dépendront des infrastructures hors de notre autorité.

Les points d’échange Internet Canadiens (IXPs)

Map Legend
  • indicates an IXP en développement
  • indicates an active IXP
  • Canadian Map
  • Calgary YYCIX

    Calgary YYCIX
  • Edmonton YEGIX

    Edmonton YEGIX
  • Halifax HFXIX

    Halifax HFXIX
  • Iqaluit IQIX (en développement)

    Iqaluit IQIX
  • Manitoba MBIX

    Manitoba MBIX
  • Moncton MonctonIX

    Moncton MonctonIX
  • Montreal QIX

    Montreal QIX
  • Région de la capitale nationale NCIX

    Région de la capitale nationale NCIX
  • Ottawa OttIX

    Ottawa OTTIX
  • Ile-du-Prince-Édouard PEIIX (en développement)

    Ile-du-Prince-Édouard PEIIX
  • Saskatoon YXEIX

    Saskatoon YXEIX
  • Toronto TORIX

    Toronto TORIX
  • Vancouver VANIX

    Vancouver VANIX
  • Windsor WEDIX (en développement)

    Windsor WEDIX

Apprenez-en plus sur les PEI et la souveraineté des données en lisant le blogue de Jacques Latour, dirigeant principal de la technologie de l’ACEI.

Section 3: Comportements des internautes canadiens

Comment les Canadiens accèdent à l’Internet : L’accès mobile prend de l’ampleur

Même si l’ordinateur demeure la façon la plus populaire pour les Canadiens d’accéder à Internet, l’utilisation d’un téléphone intelligent ou d’un appareil mobile prend de l’ampleur, avec environ trois quarts des Canadiens qui disent accéder à l’Internet de cette façon. L’utilisation d’un appareil à commande vocale pour maison connectée augmente au Canada, quoique très lentement.

L’utilisation d’un appareil mobile comme moyen le plus souvent utilisé pour accéder à Internet augmente constamment, tandis que l’utilisation de l’ordinateur comme appareil le plus souvent utilisé a connu une baisse continuelle au cours des trois dernières années.

  • 72 % des Canadiens utilisent un appareil mobile pour accéder à l’Internet.

  • 51 % des Canadiens de 18 à 34 ans disent utiliser leur téléphone intelligent/appareil mobile le plus souvent pour accéder à l’Internet.

Comment les Canadiens accèdent à l’Internet

2016 2017 2018

Ordinateur de bureau/portable

92 %

90 %

88 %

Téléphone intelligent/mobile

58 %

67 %

72 %

Tablet (iPad, etc)

44 %

47 %

46 %

Télévision

10 %

14 %

17 %

Appareil à commande vocale pour maison connectée

s.o.

2 %

5 %

Appareil le plus souvent utilisé par les Canadiens pour accéder à Internet

2016 2017 2018

Ordinateur de bureau/portable

67 %

59 %

55 %

Téléphone intelligent/mobile

21 %

27 %

32 %

Tablet (iPad, etc)

12 %

13 %

12 %

Télévision

< 1 %

1 %

1 %

Appareil à commande vocale pour maison connectée

n/a

n/a

< 1 %

L’époque à laquelle une famille se partageait un seul ordinateur est révolue. Plus de la moitié des Canadiens disent posséder cinq appareils et plus qui sont connectés à Internet dans leur domicile. Téléphones intelligents, tablettes, ordinateurs, télévisions et appareils pour maison connectée sont de plus en plus fréquents dans les domiciles canadiens.

En 2014, 38 % des Canadiens avaient deux appareils et moins dans leur domicile. Maintenant, seulement 18 % des Canadiens peuvent affirmer ceci.

  • 52% des ménages canadiens ont cinq appareils et plus qui sont connectés à Internet.

Nombre d’appareils connectés à Internet dans les foyers canadiens

  • 52 % 5 appareils et plus

  • 15% 4 appareils

  • 14 % 3 appareils

  • 11% 2 appareils

  • 6% 1 appareil

  • 1% Zéro

  • 1% Ne sait pas

Les appareils pour maison connectée, comme Google Home ou Amazon Echo, sont de plus en plus populaires au Canada. Un nombre croissant de Canadiens connaissent ces appareils, même si l’intérêt pour l’achat d’un appareil demeure le même.

Connaissance des appareils à commande vocale, pour maison connectée

  • 55% 2017

  • 77% 2018

Intérêt pour l’achat d’un appareil à commande vocale, pour maison connectée

  • 55 % 2017

  • 77 % 2018

Activités des internautes canadiens

Que ce soit pour le travail ou pour le plaisir, la plupart des Canadiens passent de trois à quatre heures en ligne par jour. En fait, un Canadien sur sept passe plus de huit heures en ligne par jour.

74% des Canadiens passent au moins de trois à quatre heures en ligne par jour.

Lorsqu’ils sont en ligne, ils utilisent habituellement leur courriel, leurs applications bancaires, les médias sociaux, les sites de nouvelles et les sites de magasinage.

Activités des internautes canadiens

  • 89% lecture/envoi de courriels

  • 73% transactions bancaires en ligne

  • 61% médias sociaux

  • 55% lecture de nouvelles/actualité

  • 52% achats en ligne

  • 39% films, émissions et vidéos

  • 32% musique, radio et baladodiffusions

  • 24% jeux en ligne

Musique, films et émissions de télé

La plupart des Canadiens passent au moins une heure par jour à regarder des émissions de télévision, des films ou des vidéos et un peu plus de 40 % passent au moins une heure par jour à écouter de la musique ou la radio en ligne.

  • 66 % des Canadiens passent au moins une heure en ligne par jour pour regarder des émissions/films/vidéos.
  • 43 % des Canadiens passent au moins 1 heure en ligne par jour pour écouter de la musique ou la radio.
  • 58 % des Canadiens cherchent occasionnellement du contenu canadien et 14 % le font souvent/toujours.

Les Canadiens sont inscrits à du contenu varié en ligne, avec Netlfix en tête. Plus de la moitié des Canadiens qui ont une connexion à Internet à domicile sont inscrits à Netflix.

Contenu payant en ligne auquel les Canadiens sont inscrits
Netflix 53%
Spotify 16%
Apple Music 12%
Amazon Prime Video 10%
Crave Télévision 9%
Journaux 8%
Magazines 4%

Même si de nombreux Canadiens payent pour du contenu en ligne, certains admettent qu’ils accèdent à des fils ou des émissions de télévision piratés.

Raison d’accéder à du contenu piraté en ligne
Plus facile/plus pratique 39 %
Je ne veux pas avoir à payer 33 %
C’est trop cher 33 %
Pas offert dans ma région 27 %
Délais au Canada 25 %
Impossible à obtenir sans un abonnement au câble 25 %
C’est normal/Tout le monde le fait 25 %
Je ne peux pas me le permettre 24 %

De ceux qui ont admis accéder à du contenu piraté, 70 % indiquent qu’ils sont prêts à payer un prix raisonnable pour des films ou des émissions de télévision couverts par des droits d’auteur en ligne.

Déconnexion

Les Canadiens sont partagés sur la déconnexion délibérée de l’Internet. La moitié disent qu’ils le font, et l’autre moitié disent qu’ils ne le font pas. De ceux qui choisissent de déconnecter, environ un quart le font chaque jour. Les Canadiens se déconnectent pour plusieurs raisons, comme relaxer et prendre une pause du numérique, pratiquer d’autres passe-temps en ligne et les voyages et les vacances.

À quelle fréquence les Canadiens déconnectent-ils?

Percentage of Canadians

Chaque jour

24%

Chaque semaine

25%

Chaque mois

16%

Tous les 2-3 mois

12%

Tous les 4-6 mois

5%

Tous les 6-12 mois

5%

Moins d’une fois par année

6%

Ne sait pas

7%

La fréquence des déconnexions change avec les groupes d’âge. Environ 30 % des Canadiens de 35 ans et plus affirment qu’ils se déconnectent délibérément chaque jour, alors que seulement 11 % des gens âgés de 18 à 34 ans font de même.

Fréquence de déconnexion des Canadiens par groupes d’âge:

18-34 35-54 55+

Chaque jour

11%

27%

32%

Chaque semaine

26%

28%

19%

Chaque mois

21%

13%

15%

Pourquoi les Canadiens se déconnectent-ils?
29% pour relaxer/prendre une pose du numérique
22% pour avoir d’autres passe-temps/activités
11% parce qu’ils n’en ont pas besoin/n’aiment pas ça
9% parce qu’ils sont en vacances ou en déplacement
9% pour ne pas être dérangés
7% pour éviter les confrontations sur les médias sociaux
6% pour profiter du temps en famille et avec leurs enfants

Fausses nouvelles

Les fausses nouvelles sont des actualités qui sont fabriquées, inventées ou qui ne représentent pas les vrais événements. La majorité des Canadiens ont entendu parler des fausses nouvelles et en ont lu en ligne.

74% of Canadians are concerned about the spread of fake news.

Capacité de détecter les fausses nouvelles
Oui: 88%
Non: 9%
Ne sait pas: 3%

54% of Canadas are somewhat confident in their ability to capacité de reconnaître les fausses en ligne et 20 % sont très confiants.

Fréquence de lecture de fausses nouvelles
Souvent 27%
Parfois 51%
Très peu souvent 10%
Jamais 2%
Ne sait pas 10%

Les médias sociaux et l’identité en ligne

Une identité en ligne est créée par l’entremise d’une présence numérique. La plupart des Canadiens sont préoccupés par leur identité en ligne. Seulement une minorité des répondants (7 %) indiquent qu’ils ne le sont pas. Pour ce qui est de la démarcation entre leur vie personnelle et professionnelle, 84 % des Canadiens indiquent qu’ils tentent de séparer les deux en ligne.

Une des façons d’établir une identité en ligne est par les médias sociaux. En ce qui a trait aux médias sociaux, Facebook reste le plus populaire, suivi de LinkedIn et Instagram.

Plateformes de médias sociaux utilisées par les Canadiens
Facebook 77%
LinkedIn 35%
Instagram 35%
Twitter 26%
Snapchat 19%

Pour les médias sociaux, l’âge y est pour quelque chose. Même si environ le même nombre de personnes de 18 à 34 ans et de 35 ans et plus utilisent Facebook, LinkedIn et Twitter, les utilisateurs plus jeunes sont beaucoup plus présents sur Instagram et Snapchat.

  • 59% des personnes âgées entre 18 et 34 ans utilisent Instagram, comparativement à 32 % des personnes âgées entre 35 et 54 ans

  • 46% des personnes âgées entre 18 et 34 utilisent Snapchat, comparativement à 11 % des personnes âgées entre 35 et 54 ans

Cyberintimidation et harcèlement en ligne

Un tiers des Canadiens ont vécu de la cyberintimidation ou en ont été témoins alors qu’ils utilisaient Internet. La proportion passe à 58 % chez les 18 à 34 ans. De plus, trois Canadiens sur dix hésitent à utiliser les médias sociaux ou à participer à des discussions en ligne en raison de leurs préoccupations face à la cyberintimidation. Les femmes affirment ce qui précède plus souvent que les hommes.

Avez-vous déjà hésité à utiliser les médias sociaux ou à participer à une discussion en ligne en raison de la cyberintimidation ou du harcèlement en ligne?

  • 24% des hommes ont dit oui

  • 34% des femmes ont dit oui

Les Canadiens font plus confiance à certaines plateformes pour la sûreté à l’égard du harcèlement en ligne, avec LinkedIn en tête.

Un peu plus d’un quart des utilisateurs canadiens indiquent qu’ils ne sentent pas protégés de la cyberintimidation sur Facebook et Twitter.

Se sentir protégé du harcèlement en ligne
LinkedIn: 84% se sentent en sécurité
Snapchat: 75% se sentent en sécurité
Instagram: 74% se sentent en sécurité
Twitter: 67% se sentent en sécurité
Facebook: 66% se sentent en sécurité

Même si les femmes et les hommes ont généralement les mêmes perceptions de la plupart des plateformes de médias sociaux, Twitter affiche une différence de huit points.

Pourcentage des gens qui se sentent très/plutôt en sécurité sur Twitter

  • 71% Hommes

  • 63% Femmes

Les parents dans un monde numérique

Les parents se souviennent de l’intimidation dans la cour d’école, mais leurs enfants souffrent de l’intimidation en ligne et dans la vraie vie. Un parent sur sept d’enfants de moins de 18 ans indique que leur enfant a été victime de cyberintimidation ou de harcèlement en ligne. Même si la majorité des parents indiquent que leurs enfants ne sont pas concernées, 90 % sont inquiets de la cyberintimidation.

Un peu plus d’un quart des parents ont cherché des ressources et des renseignements destinés aux adultes et aux enfants sur la façon de réagir à la cyberintimidation, et 79 % ont indiqué que ces ressources étaient faciles à trouver. Pour ceux qui n’ont pas cherché, la plupart (80 %) pensent qu’ils pourraient les trouver s’il y a lieu.

Sources de renseignements sur la cyberintimidation
70% sites Web ou groupes de discussion
45% école/professeurs des enfants
29% organismes spécialisés pour la cybertintimidation (HabiloMédias, PREVNet, etc.)
26% police
23% gouvernement

Surveillance de l’activité en ligne des enfants

La plupart des parents surveillent une partie ou la totalité de l’activité de leurs enfants en ligne et limitent le temps passé en ligne par leurs enfants.

Dans quelle mesure, le cas échéant, surveillez-vous l’activité en ligne de votre enfant?
Aucunement 8%
Une certaine partie 55%
Toute 37%

Limitez-vous le temps passé en ligne par votre enfant?

  • 76% Oui

  • 24% Non

Source: Recherche de l’ACEI, mars 2018

Section 4: Tendances du commerce électronique au Canada

Les Canadiens et le magasinage en ligne

Les données suivantes illustrent les tendances qui expliquent comment et pourquoi les Canadiens magasinent en ligne, fournissant ainsi de précieuses informations aux détaillants en ligne du Canada.

  • 86 % des Canadiens ont fait un achat en ligne au cours des 12 derniers mois.

  • 59 % des consommateurs préfèrent effectuer leurs achats dans un magasin physique, un chiffre en baisse comparé à 66 % en 2016.

L’utilisation du téléphone cellulaire pour effectuer des achats en ligne continue de croître; elle n’était que de 12 % en 2014.

Types d’appareils utilisés pour faire des achats en ligne au cours des 12 derniers mois
Ordinateur: 83%
Tablette: 26%
Téléphone cellulaire: 40%
Téléviseur: 3%
Pourcentage des Canadiens qui ont utilisé un téléphone cellulaire pour effectuer un achat en ligne
2014: 12%
2015: 14%
2016 : 26%
2017 : 36%
2018 : 40%
Articles les plus souvent achetés en ligne
Vêtements 57%
Vols/Forfaits voyage 53%
Biens ménagers 40%
Livres 38%
Billets de spectacle/sport 38%
Services gouvernementaux 34%
Applications pour ordinateur ou téléphone cellulaire 28%
L’achat d’aliments en ligne gagne en popularité, puisqu’il est passé de 14 % en 2016 à 24 % en 2018.
2016 : 14%
2017 : 17%
2018 : 24%

Approches au magasinage en ligne

Qu’il s’agisse de faire des recherches en ligne sur un article avant de l’acheter en magasin, ou d’aller voir les produits en magasin avant de les acheter en ligne, les habitudes d’achat des Canadiens sont importantes pour les commerces canadiens. L’accessibilité des articles que l’on peut acheter en ligne, ainsi que la façon dont ils sont présentés aux fins de recherche, peuvent faire toute la différence entre une vente réalisée ou non.

À quelle fréquence visitez-vous des sites Web pour effectuer des recherches ou comparer des produits, pour ensuite aller les acheter en magasin ?
Toujours/souvent 45%
Parfois 39%
Rarement/jamais 15%
Ne sait pas 1%
À quelle fréquence visitez-vous un magasin pour examiner les produits, pour ensuite les acheter en ligne ?
Toujours/souvent 17%
Parfois 38%
Rarement/jamais 44%
Ne sait pas 1%
À quelle fréquence achetez-vous un produit en ligne pour le ramasser ensuite en magasin ?
Toujours/souvent 12%
Parfois 31%
Rarement/jamais 56%
Ne sait pas 1%

Le fait de magasiner dans un magasin physique avant d’acheter en ligne s’appelle le repérage en magasin. En 2018, 36 % des Canadiens disent qu’ils aiment faire du repérage en magasin afin de trouver la meilleure affaire. De même, la plupart des Canadiens comparent les prix en ligne avant d’effectuer un achat important

  • 36% des répondants disent aimer visiter les magasins pour examiner les produits, puis faire leur achat en ligne.

  • 80% disent qu’ils comparent presque toujours les prix en ligne avant d’effectuer un achat important.

Facteurs que les Canadiens prennent en considération quand ils font un achat en ligne plutôt qu’en magasin
Coût/économies 72 %
Facilité/commodité 63 %
Disponibilité des articles 61 %
Économie de temps 59 %
Possibilité de comparer les articles 53 %
Possibilité de faire des recherches/d’accéder à de l’information 49 %
Sélection/variété 61 %
Possibilité de rapporter les articles 40 %

Types de transactions

Dans le contexte des menaces à la cybersécurité, des préoccupations concernant la confidentialité des données et de la croissance de l’économie numérique, les Canadiens font connaître leur niveau de confiance relatif à divers types de transactions en ligne.

Niveau de confiance face à différents types de transactions en lign

  • 74% des gens se disent très/plutôt à l’aise d’effectuer un achat ou un paiement sur un site gouvernemental.

  • 74% des gens se disent très/plutôt à l’aise d’effectuer un achat sur le site d’un détaillant canadien.

  • 55% des gens se disent très/plutôt à l’aise d’effectuer un achat sur le site d’un détaillant des É.-U.

Les niveaux de confort et de confiance envers l’utilisation des services de paiement mobile ou de portefeuille numérique sont en hausse de 10 points par rapport à l’an passé. Plus de Canadiens utilisent cette méthode de paiement que dans les années passées.

37% des gens se disent très/plutôt à l’aise d’utiliser un service de paiement mobile ou de portefeuille numérique (paiement avec téléphone cellulaire).

Plutôt/très à l’aise d’utiliser un service de paiement mobile ou de portefeuille numérique
2016 : 23%
2017 : 27%
2018 : 37%
Ont effectué un achat au moyen d’un service de paiement mobile ou de portefeuille numérique
2016 : 13%
2017 : 20%
2018 : 29%

Niveau de confiance envers l’utilisation d’un service de paiement mobile ou de portefeuille numérique

J’ai confiance dans la sécurité des transactions :
2016 : 44%
2017 : 48%
2018 : 51%
Je suis persuadé de pouvoir récupérer les fonds si une erreur survient :
2016 : 35%
2017 : 39%
2018 : 41%
Je suis persuadé de pouvoir contacter quelqu’un ou obtenir des réponses si un problème survient :
2016 : 36%
2017 : 38%
2018 : 41%

Les Canadiens qui n’ont pas utilisé le paiement mobile sont divisés quant à savoir s’ils sauraient comment l’utiliser.

Confiance dans la capacité de savoir utiliser un service de paiement mobile ou de portefeuille numérique
Confiant : 52%
Pas confiant : 42%
Ne sait pas : 6%

Lorsqu’ils ont le choix, les Canadiens continuent de magasiner plutôt chez des détaillants au Canada.

63% des Canadiens préfèrent effectuer leurs achats en ligne auprès d’entreprises ou de détaillants canadiens.

Principales raisons de préférer les entreprises canadiennes
32% disent que cela est bénéfique pour l’économie canadienne, les commerces canadiens ou l’économie locale.
22% disent que c’est à cause du taux de change ou du dollar canadien.
22% disent que c’est pour éviter les tarifs et les frais douaniers.
12% disent que c’est à cause des frais de livraison ou d’expédition.
6% disent que c’est à cause de la livraison plus rapide
Montant dépensé dans les sites Web des détaillants canadiens
15% moins de 100 $
16% 100 $ - $249
17% 250 $ - 499 $
39% plus de 500 $
13% incertain
Montant dépensé dans les sites Web des détaillants des É.-U.
42% moins de 100 $
15% 100 $ - 249 $
9% 250 $ - 499 $
15% plus de 500 $
19% incertain

Source: Recherche de l’ACEI, mars 2018

Section 5: Cybersécurité

Cyberattaques et logiciels malveillants

Les menaces à la cybersécurité sont de plus en plus courantes au Canada et partout dans le monde, et les Canadiens en sont conscients. Trois quarts des Canadiens sont préoccupés par les cyberattaques ou par le potentiel d’une cyberattaque.

Pourcentage des Canadiens inquiets des cyberattaques contre des organisations qui pourraient avoir accès à des renseignements personnels
2016 : 67%
2017 : 75%
2018 : 77%
Pourcentage des Canadiens préoccupés par les logiciels malveillants
2016 : s.o.*
2017 : 79%
2018 : 77%

* La question ne faisait pas partie de l’enquête de 2016.

Connaissance des cyberattaques contre les organisations / les entreprises
2016 : 42%
2017 : 57%
2018 : 60%

Les répondants qui se disent conscients des cyberattaques mentionnent Equifax en premier lieu, bien que les Canadiens donnent de nombreux exemples.

Connaissance des cyberattaques dirigées contre des organisations
Equifax: 25%
Yahoo: 13%
Gouvernement: 8%
Bell: 7%
Autre: < 6%
  1. Ceci comprend: Sony, Target, Home Depot, Uber, Amazon, Ashley Madison, Walmart, Nissan, Google, Winners, Facebook, Tim Hortons, LinkedIn, U.S. Democratic Party, along with banks/financial institutions and hospitals/health care

Les Canadiens sont surtout préoccupés par la confidentialité des renseignements personnels détenus par le gouvernement.

Quel serait votre niveau d’inquiétude à propos de la sécurité de vos données ou renseignements personnels détenus par les types d’organisations suivants après une cyberattaque?

  • Un ministère d’un gouvernement: 81%
  • Une entreprise/un détaillant: 79%
  • Un hôpital/un établissement de soins de santé : 75%
  • Une école/un établissement d’enseignement: 63%
  • Un organisme à but non lucratif/un organisme de charité: 63%

Il est intéressant de constater que le pourcentage de Canadiens qui disent qu’ils ne feront plus d’achat dans une entreprise en ligne ou qu’ils ne feront plus de dons à un organisme de charité à la suite d’une cyberattaque est en baisse.

Pourcentage des Canadiens qui affirment qu’il est peu probable qu’ils continuent à faire des achats auprès d’une entreprise à la suite d’une cyberattaque
2016 : 47%
2017 : 44%
2018 : 41%
Pourcentage des Canadiens qui affirment qu’il est peu probable qu’ils continuent à faire des dons à un organisme de charité la suite d’une cyberattaque
2016 : 48%
2017 : 45%
2018 : 43%

Internet des objets

L’Internet des objets (IdO) est constitué d’un réseau croissant d’objets pouvant être connectés à Internet. Parmi ces objets, on compte des systèmes de sécurité, des thermostats pouvant être actionnés en ligne et des appareils pour maison connectée comme Google Home ou l’Amazon Echo, de même que des feux de circulation et des compteurs d’électricité et d’eau. Tous les appareils connectés à l’Internet sont exposés à une cyberattaque, y compris les dispositifs d’IdO.

71% des Canadiens sont préoccupés par les menaces potentielles à la sécurité liées à l’Internet des objets.

Les appareils pour maison connectée, comme Google Home ou l’Amazon Echo sont de plus en plus populaires, et 6 Canadiens sur 10 sont préoccupés par la confidentialité et la sécurité liées à ces appareils.

Préoccupations par rapport à la confidentialité/sécurité des appareils de maison connectée
Préoccupé : 62%
Peu/pas de préoccupations: 32%
Ne sait pas: 6%

Source: Recherche de l’ACEI, mars 2018

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la cybersécurité au Canada, lisez le sondage sur la sécurité Internet au Canada 2018.

Section 6: À propos de notre industrie

Le domaine du Canada : .CA

.CA est l’identificateur des domaines en ligne canadiens. Le domaine .CA est réellement canadien : il n’est disponible que pour les personnes et les entreprises canadiennes.

65% des internautes canadiens conviennent que les organisations canadiennes devraient utiliser un domaine .CA.

Les internautes canadiens préfèrent .CA à .com dans plusieurs domaines.

Situations dans lesquelles les Canadiens préfèrent le .CA
  • Transactions bancaires

  • Nouvelles/actualité

  • Achats

  • Éducation

  • Recherche de produits

  • Recherche de voyages

  • Recherche pour l’école/le travail

  • Services gouvernementaux

  • Implication auprès d’organismes communautaires

Les préférences sont sensiblement les mêmes
  • Navigation générale

  • Divertissement

  • Téléchargement de musique, de films, de jeux, etc.)

  • Médias sociaux

  • Jeux

Source: Recherche de l’ACEI, mars 2018.

Le .CA est un domaine de premier niveau de pays (ccTLD). Voyons comment il se mesure dans un contexte de croissance de l’industrie.

La croissance du .CA devance considérablement les tendances de l’industrie

Source: Zook data and CIRA Note: For accuracy, industry growth rates shown exclude .cn and .tk due to a change in registration rules within .cn and a differing business and measurement model for .tk.

Global domain industry

L’industrie des noms de domaine est répandue aux quatre coins de la planète et comprend une variété de domaines de premier niveau (TLD). Parmi ceux-ci, notons les ccTLD comme .CA, ainsi que les anciens domaines génériques de premier niveau tels que .com et .org. En 2015, la Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet (ICANN), l’organisme mondial chargé de gérer le système de noms de domaine, a approuvé plus de 1 000 nouveaux gTLD.

Selon le rapport statistique global des TLD de DomainWire (T4 2017, 22e édition), le Council of European National Top-Level Domain Registries (CENTR) avance qu’il existe 331 millions de noms de domaine dans l’ensemble des domaines de premier niveau du monde.

Croissance mondiale des domaines de premier niveau, 2010 à décembre 2017.

Source: Données provenant de Zook

Remarque: Aux fins d’exactitude, nous excluons .cn et .tk en raison d’un changement aux règles d’inscription au .cn et d’un différent modèle d’affaire et d’évaluation pour le .tk.

Les 10 nouveaux gTLD les plus populaires

Rank gTLD
1 .load
2 .xyz
3 .top
4 .club
6 .vip
6 .online
7 .win
8 .wang
9 .shop
10 .men

Source: ntldstats.com (en mai 2018)

Les internautes canadiens sont divisés dans la confiance qu’ils accordent aux noms de domaine nouveaux ou peu communs et aux sites Web qui les utilisent.

Confiance des Canadiens envers les noms de domaine nouveaux ou peu communs
Très confiant: 8%
Assez confiant: 33%
Peu confiant: 38%
Pas du tout confiant: 12%
Ne sait pas: 10%
Faites-vous confiance aux sites Web qui utilisent des domaines nouveaux ou peu communs?
Oui: 50%
Non: 11%
Neutre: 39%

Les Canadiens mentionnent .Télévision, .io et .me comme nouveaux TLD bien connus. Il convient de noter que .Télévision (Tuvalu), .io (territoire britannique de l’océan Indien) et .me (Monténégro) sont des ccTLD qui sont présentés comme étant des gTLD.

Source: Recherche de l’ACEI, mars 2018

Section 7: À propos de ce rapport

CIRA developed Canada’s Internet Factbook through an online survey conducted by The Strategic Counsel. The purpose of CIRA’s research is to identify trends in Canadian internet use. A total of n=1,203 adult Canadian internet users (18+) were surveyed in March 2018, and the sample is proportionate-to-population for age, region and gender. Additional data was taken from the UN’s International Telecommunications Union (ITU), M-Lab and global domain industry statistics from Zook, CENTR and ntldstats.com.

Section 8: À propos de l'ACE

The Canadian Internet Registration Authority (CIRA) is a member-based not-for-profit organization, best known for managing the .CA internet domain on behalf of all Canadians, developing and implementing policies that support Canada’s internet community and representing the .CA registry internationally. We are building programs, products and services that leverage all the internet has to offer to help build a better online Canada, while providing a safe, secure and trusted online experience to all Canadians.